Syndrome des jambes sans repos (SJSR) ou « Maladie de Willis-Ekbom »

Comment définitivement éliminer vos jambes sans repos !

Certaines personnes vivent l’enfer des jambes sans repos depuis 20 ou 30 ans, sans solution. Des médicaments existent, mais parfois leurs effets secondaires sont insupportables.

La solution ? En fait, le problème des jambes sans repos est DOUBLE :

CHIMIQUE : manque de dopamine et de fer.
ÉLECTRIQUE : un excès d’électricité statique.

Il est important de traiter les deux aspects.

AVERTISSEMENT :
Ce site ne peut en aucun cas se substituer à votre traitement médical. Seul, un médecin dans l’exercice de sa profession peut poser un diagnostic et prescrire un traitement médical.

Impatiences? Jambes sans repos? Willis-Ekbom? Paresthésie agitante nocturne des membres inférieurs?

Entre tous ces termes, vous ne vous retrouvez plus. Mais le mal est le même. Vous n’arrivez pas à dormir. Vous éprouvez le besoin de bouger les jambes au repos, assis ou allongé. Cette sensation s’aggrave la nuit, avec des effets désagréables de paresthésie (fourmillements), picotements, brûlures, secousses involontaires, qui vous empêchent de profiter d’un sommeil réparateur. Et le matin, vous n’êtes pas en forme, car vous êtes toujours fatigué. Vous avez l’impression d’être devant un mur.

Les jambes sans repos : un double problème !

1. Dysfonctionnement chimique.

Le syndrome des jambes sans repos est un problème NEUROLOGIQUE, causé par un déficit en fer et en dopamine.

Solution : plusieurs médicaments fonctionnent très bien. Voyez votre neurologue.
Inconvénients : certains médicaments présentent des effets secondaires importants, en fonction de leur dosage.

2. Dysfonctionnement électrique.

Les mouvements involontaires ou les petites décharges électriques, associés au besoin impérieux de bouger les membres, sont souvent causés par un excès d’électricité statique dans les jambes.

Solution : neutraliser l’excès d’électricité statique. Cela permet soit d’éliminer le besoin de bouger, soit de diminuer la dose des médicament afin d’éviter les effets secondaires.

Il y a toujours des solutions :

– si vous traitez uniquement l’aspect chimique (médicaments), le problème est rarement résolu. Et les effets indésirables sont parfois presque aussi importants que les symptômes eux-mêmes.

– si vous traitez aussi l’aspect électrique (vous allez voir comment neutraliser de l’électricité statique des jambes), vous avez 65% de chance de vous débarrasser complètement de votre problème dès le premier jour.

Il est donc important de combiner les DEUX aspects :

Dans votre cas, la solution la plus efficace sera probablement de combiner la solution chimique (votre médicament) avec la solution électrique (la neutralisation de l’électricité statique).

Causes du syndrome des jambes sans repos

On connaissait peu de causes de ce syndrome.

1. Un problème de dopamine.

Un déséquilibre dans la production de dopamine, un neurotransmetteur utilisé par les cellules nerveuses pour communiquer entre elles, est une des causes les plus connues du syndrome des jambes sans repos.

2. La déficience de fer et de vitamine B12.

Selon le Dr. Gilmar Fernandes do Prado, médecin neurologiste à l’UNIFESP – Université Fédérale de São Paul, cette déficience est souvent associée à la prise de certains médicaments, comme les médicaments contre l’excès de tension ou les problèmes cardiaques, les médicaments anti-nausées, contre la grippe et les allergies, les tranquillisants et les anti-dépresseurs [1].

3. Un excès d’électricité statique dans les jambes.

Un excès d’électricité statique, le plus souvent dans les mollets, provoquerait le déclenchement des crampes nocturnes. C’est ce qu’a démontré une étude clinique [2]. Il semble aussi que ce soit une des causes de déclenchement des jambes sans repos et des mouvements périodiques des jambes (MPJ) qui y sont associés.

Une cause environnementale des jambes sans repos ?

Le nombre de personnes atteintes de jambes sans repos a augmenté au cours des dernières décennies, particulièrement des les pays les plus industrialisés, alors qu’il est moins élevé dans les pays moins industrialisés [3]. Il semblerait qu’il y ait une cause environnementale, comme le notait un médecin français. La pollution électromagnétique (téléphones portables, wi-fi,…) pourrait être invoquée.

Quel est le point commun entre le syndrome des jambes sans repos, la sclérose en plaque et la maladie de Parkinson ?
Réponse : ce sont des problèmes d’origine nerveuse. OK. Ca vous le saviez déjà.

Selon un médecin français (aujourd’hui décédé), les pollutions électromagnétiques des technologies modernes seraient à l’origine d’une augmentation importante des cas de sclérose en plaques, surtout durant les 40 dernières années. Et d’autres médecins ont constaté la même augmentation des jambes sans repos ou du Parkinson.

Coïncidence ?

En 1967, le Dr Jean-Pierre Maschi (1928-2016), s’était étonné du fait qu’on trouvait beaucoup moins de cas de sclérose en plaques et de jambes sans repos en Afrique qu’en Europe et aux Etats-Unis.

Or, ces pays « développés » étaient électromagnétiquement beaucoup plus pollués. Il a donc étudié le rôle très nocif de cette pollution électromagnétique et de l’électricité statique, sur les maladies dites « de civilisation », dont la sclérose en plaque. 

Hélas, cela n’a pas plu à l’Ordre des Médecins, qui l’a convoqué en 1968, puis radié et même poursuivi pour exercice illégal de la médecine !

Il a dû se battre durant plusieurs dizaines d’années, pour faire reconnaître ses travaux. Et ce n’est qu’en 1990 qu’il a été amnistié par un décret du Président François Mitterrand en 1990, puis totalement réhabilité en février 2002 par le Président Jacques Chirac.

Voyez cette vidéo qui retrace son histoire incroyable :

Comment « diminuer » la pollution électromagnétique ?

Jour et nuit, nous sommes bombardés d’ondes de toute part : relais de téléphonie portable, wi-fi, compteurs Linky, TV,… S’en protéger complètement est très difficile, à moins de construire une véritable « cage de Faraday » autour de sa maison ou de sa chambre à coucher.

Toutefois, on peut déjà la diminuer : on peut couper le wi-fi tous les soirs en se couchant, on peut recouvrir le compteur Linky d’un caisson blindé (cherchez comment sur internet), et si vous construisez ou rénovez une maison, demandez à l’entrepreneur d’utiliser des fils électriques « blindés » (surtout près de votre lit),…

Pour neutraliser l’électricité statique de vos jambes. Vous pouvez par exemple marcher fréquemment pieds nus dans l’herbe, et quand vous vous promenez en forêt, touchez les plantes vertes pour vous raccorder à la terre. Sinon, le petit duvet MAGICRAMP (voir en bas de cette page) est la meilleure solution pour vous décharger.

Que faire pour diminuer ou éliminer les jambes sans repos ?

Le traitement des jambes sans repos doit être à la fois « chimique » et « électrique ».

Généralement, on traite le dysfonctionnement chimique du syndrome des jambes sans repos avec des médicaments chimiques, afin de régulariser le taux de dopamine et de fer et rétablir la transmission de l’information d’un neurone à l’autre.

Mais on oublie de traiter l’aspect « électrique » du problème. Et l’excès d’électricité statique accentue les MPJ (Mouvements périodiques des jambes) associé au SJSR (Syndrome des jambes sans repos).

Si on ne neutralise pas l’excès d’électricité statique, le traitement n’est pas complet, et on augmente les doses des médicaments, au point de provoquer des effets secondaires qui sont parfois plus importants que le problème lui-même.

Il est donc important de traiter le syndrome des jambes sans repos à la fois au niveau CHIMIQUE et au niveau ÉLECTRIQUE.

Le traitement « chimique ».

Si vous souffrez du syndrome des jambes sans repos, il est recommandé de consulter un neurologue, qui vous prescrira un traitement médicamenteux à base de dopamine, dont vous manquez.

INCONVÉNIENTS : de nombreuses personnes ne supportent pas les effets secondaires, qui augmentent généralement au fil du temps, au point que de nombreuses personnes ne les supportent plus et arrêtent leur traitement.

Le traitement « électrique ».

Le fait de neutraliser l’électricité statique en plaçant un simple petit duvet antistatique sous les jambes, entre le drap et le matelas, améliore voire élimine complètement les symptômes dès le premier jour dans la majorité des cas.

Le traitement combiné « chimique + électrique ».

Le traitement de loin le plus efficace consiste à combiner un apport nécessaire de dopamine (soit par les médicaments classiques, soit de façon naturelle) avec la neutralisation de l’électricité statique. Dans la plupart des cas, les symptômes disparaîtront complètement dès le premier jour. Vous ne guérirez jamais, mais vous ne « pédalerez » plus durant la nuit, et vous retrouverez un sommeil réparateur. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à nous contacter 7 jours sur 7 entre 13 et 23h, heure de Paris.

Pour neutraliser l’électricité statique de vos jambes, le petit duvet MAGICRAMP est disponible uniquement via le bouton ci-dessous.
Il a été primé au Salon Mondial de l’Invention de Bruxelles pour son utilité.

Quel est son effet ?

Lorsque vous le placez sous les jambes, il va neutraliser leur excès d’électricité statique, responsable des « décharges électriques », fourmillements, douleurs ou sensations de brûlure dans les jambes, et également des crampes.

Voyez dans cette démonstration son action sur l’électricité statique des jambes :

Et vous qu’utilisez-vous contre les jambes sans repos ?

– si vous êtes satisfait de votre traitement actuel, ne changez rien.
– dans le cas contraire, solutionnez l’aspect ELECTRIQUE du problème.

Votre maladie ne va pas guérir, mais vos symptômes de jambes sans repos vont disparaître dès le premier jour.
Dans le cas contraire, soit vous êtes remboursé, soit nous vous aidons à optimiser votre traitement « combiné ».

Voyez cette solution NATURELLE, développée par MAGICRAMP, sans aucun effet secondaire !

Ils ont éliminé leurs symptômes de jambes sans repos !

Gérald (France), 63 ans : résultats complets dès le premier jour !
Gérald souffrait de jambes sans repos depuis une vingtaine d’années. A l’époque, il avait pris des antidépresseurs pour lutter contre sa dépression après une séparation difficile. Apparemment, ce serait ça qui a déclenché son syndrome des jambes sans repos. Au début, le médicament que lui avait prescrit le neurologue fonctionnait très bien. Durant un ou deux ans, ses nuits étaient calmes. Mais après deux ans, les symptômes ont réapparu, et le médecin a augmenté la dose. C’est alors que les effets secondaires ont commencé. Puis, au fil des ans, les effets ont encore diminué, et les effets secondaires ont constamment augmenté. Gérald a alors arrêté ses médicaments pendant cinq ans : ce n’était pas non plus la solution, car quand on a des jambes sans repos, les médicaments sont souvent nécessaires. Les problèmes de Gérald s’aggravaient encore.

Il a alors cherché sur internet, et a découvert l’importance de solutionner le double problème chimique / électrique de sa maladie. Il a alors repris son médicament à dose plus faible et a neutralisé l’électricité statique des jambes avec cette méthode. Les résultats ont été complets dès le premier jour. Problème entièrement résolu…  

Sonia (Canada), 73 ans : symptômes nettement diminués. 
Sonia souffrait de jambes sans repos depuis plus de 30 ans. Elle a essayé plusieurs médicaments qui faisaient un certain effet, mais depuis plusieurs années, elle ne supportait plus leurs effets secondaires. Une cousine qui était enchantée de cette méthode, la lui a recommandée : dès le premier jour, Sonia a eu moins de symptômes, mais ils n’ont pas complètement disparu. Maintenant, elle a revu son médecin pour ajouter un peu de médicament à faible dose, afin d’éviter les effets secondaires. La combinaison des traitements chimiques / électriques a nettement diminué ses symptômes. Il sait bien qu’il ne guérira jamais, mais les symptômes sont désormais très supportables. Problème en partie résolu… 

Jackie (Belgique), 68 ans : débuts difficiles mais très bon résultat final. 
Jackie avait ses jambes sans repos depuis 3 ans, et refusait tout médicaments. A force de chercher des solutions naturelles qui ne lui donnaient pas de résultats, elle a enfin trouvé le site jambessansrepos.info, grâce auquel elle a appris l’importance de l’électricité statique. Elle a alors testé la méthode antistatique, mais au début elle n’était pas satisfaite. Elle nous a alors contactés, et nous lui avons indiqué un « plan B » qui lui a permis d’éliminer presque tous ses symptômes en quelques semaines. Problème finalement résolu… 

Alain (Guadeloupe), 24 ans : succès total dès le premier jour. 
Alain souffrait de jambes sans repos depuis l’âge de 18 ans. C’est un cas très précoce, et il n’est pas très fréquent que la maladie commence à cet âge. Mais cela arrive aussi. Après plusieurs années de souffrance, il avait même perdu son emploi. Malgré les médicaments, les symptômes étaient toujours là, et les effets secondaires également. Alors, il a cherché et testé des solutions naturelles, mais il n’a pas obtenu beaucoup de résultats. Il a tout essayé : l’acupuncture et l’hypnose lui ont diminué les symptômes de façon très intéressante, mais les effets ne duraient pas et les symptômes réapparaissaient après quelques semaines, voire quelques jours. Malgré cela, Alain ne désespérait pas de trouver une solution à son problème. Il était prêt à tout essayer pour se défaire de ce handicap. 

Un jour enfin, il trouve le site jambessansrepos.info, et lis attentivement les informations sur la neutralisation de l’électricité statique. Il a immédiatement décidé de tester, et dès le premier jour il s’est senti comme miraculé. Plus aucun symptôme ! Depuis, sa vie est redevenue normale. Il a retrouvé un emploi, encore meilleur. Problème complètement résolu…  

Petit exercice de contrôle des pieds :Voici notre programme de « contrôle nerveux » anti-âge pour vous protéger de la perte de contrôle des membres et du déclin cognitif (jambes sans repos, Parkinson,…) que vous pouvez faire tous les soirs.

Sources :

1. Site www.sindromedaspernasinquietas.com.br de l’ABRASPI – Associação Brasileira da Síndrome das Pernas Inquietas, de l’Université Fédérale de São Paulo – Brésil.
2. Leticia S. Ferreira, Monalisa P. MottaAline S. HelouLeslie A. PortesFrancis M. FáveroAcary S.B. Oliveira, Vagner R. dos Santos – Estudo de tecnologia de redução de cargas iônicas (cargas estáticas) no corpo Humano – Editorarevistas.MacKenzie  v. 19 n. 2 (2019).
3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_des_jambes_sans_repos#Épidémiologie